22 août 2019

Les Gommettes de Melo: Mon allaitement : exclusif pendant 4 mois puis le sevrage

Mon allaitement : exclusif pendant 4 mois puis le sevrage


Me voilà aujourd'hui à écrire un article qui me tient très à cœur, un article que j'ai envie d'écrire depuis un moment : mon expérience avec l'allaitement ! Et finalement c'est sur cette fin d'expérience que je me mets à le rédiger ... Donc je peux vraiment vous le raconter de A à Z en toute honnêteté. 
Comment je l'ai vécu, comment ça a commencé, les douleurs, les questions, le quotidien, la fréquence, mon ressenti et ... le sevrage. 


Lorsque j'étais enceinte, la question de l'allaitement s'est posée. J'avais envie d'essayer donc je me suis dit : "Je tente ! Si ça ne marche pas, si on n'y arrive pas - lui comme moi - tant pis, je n'aurai pas de regrets, j'aurai essayé." 
Bizarrement, lorsqu'on m'a fait la césarienne (voir mon article sur mon accouchement ici) je ne me suis même pas posée de questions sur le fait de pouvoir l'allaiter tout de suite. Parfois certaines femmes ne peuvent pas mettre leur bébé au sein dans la première heure ... Et bien, j'ai eu la chance de pouvoir faire la tétée d'accueil aussitôt sortie du bloc opératoire (et avant d'aller en salle de réveil). Une sensation étrange et plutôt naturelle. La sage-femme me l'a installée et je me suis laissée faire :-) 

Les débuts 

Les premiers jours ne sont pas de tout repos, il faut être honnête ! Bébé boit à la demande, quand on ne sait pas vraiment, on le met au sein à chaque fois qu'il pleure. J'ai eu la chance d'être très bien épaulée dans ma maternité où toutes les sage-femmes m'ont guidé, expliqué, conseillé, elles m'aidaient à bien l'installer lui mais aussi moi, bien mettre sa petite bouche en place, me montrer toutes les positions possibles, etc. 

La montée de lait m'a fait assez mal je dois dire ... J'ai passé 2-3 jours assez intenses, où malheureusement on se sent un peu seule, les nuits étaient angoissantes pour moi à la maternité, Jonathan ne pouvait pas rester, avec ma césarienne je devais appeler le personnel pour qu'ils me prennent Antoine du berceau et me le donne. Il m'est arrivée de le garder près d'une heure et demi au sein, je ne savais pas quoi faire ... 

J'avoue avoir accepté qu'on lui propose la tétine parce que j'étais complètement exténuée la nuit ... On se demandait s'il avait juste un besoin de succion ?! Mais il n'en a pas voulu ! On a tenté le petit biberon de complément aussi : il en a eu qu'un seul et l'a bien pris. Parfois quand Antoine tétait j'avais mal comme un pincement ou parfois comme des picotements, donc je demandais de l'aide et des conseils. 
Bref, pas facile facile quand même !!


allaitement exclusif maternage experience césarienne sevrage normalizebreastfeeding quotidien quantité reflexe d'éjection fort leache league

Au quotidien 

Arrivés à la maison, on a continué l'allaitement, on a essayé de prendre un rythme. A la maternité, on avait un petit carnet de bord où on notait à quelle heure il tétait et quel sein. J'ai donc gardé cette habitude de noter l'heure de tétée, je notais aussi la durée. Et à cette époque-là, il tétait environ une douzaine de fois par 24h, et de façon générale entre 10 et 20 minutes. 

Je l'ai toujours laissé faire et c'est lui qui se retirait quand il avait fini. Puis, je le redressais sur moi pour digérer, en général il s'endormait. Je le posais ensuite soit dans son berceau, soit sur son tapis. 

Les premières semaines ont été très éprouvantes parce qu'il était complètement dépendant de moi, (même si son papa le prenait, il pleurait) si j'étais en train de manger, de ranger la maison ou autre, j'arrêtais tout et je lui donnais le sein. J'essayais vraiment d'être à l'écoute de ses besoins et on a très vite reconnu les signes de faim, je n'attendais donc pas qu'il pleure. C'était simple : il tournait la tête en ouvrant la bouche comme pour chercher le sein. 

Puis, au fil des jours, on a donc poussé l'expérience un peu plus en sortant la journée et en allaitant à l'extérieur de la maison. Je vous ai d'ailleurs écrit un article sur mes vêtements d'allaitement ici. J'ai découvert les tee-shirts Tajine Banane sur l'eshop Le Petit Marmot mais aussi tout plein d'autres marques comme la robe blanche à dentelle que je porte qui est une Madeleine et Marie, marque de location/vente de vêtements de grossesse et d'allaitement.
J'ai osé pour la première fois dans un salon de thé, dans un petit coin, avec un lange sur l'épaule. Maintenant j'allaite dans la voiture (garée haha), dans les salles d'attente des médecins, sur un banc dans la rue, au restaurant et même dans le rayon jardin de Leclerc. C'était un plaisir pour moi de pouvoir répondre aux besoins de mon bébé tout de suite, sans contrainte. 

allaitement exclusif maternage experience césarienne sevrage normalizebreastfeeding quotidien quantité reflexe d'éjection fort leache league vêtement d'allaitement

allaitement exclusif maternage experience césarienne sevrage normalizebreastfeeding quotidien quantité reflexe d'éjection fort leache league vêtement d'allaitement allaiter partout


Au final, de façon générale, il tétait toutes les 2 heures la journée, le soir il arrivait d'avoir des tétées groupées toutes les heures entre 18h et 22h. Notre journée commençait vers 8-9h avec une tétée. Son sommeil était assez anarchique la journée du fait qu'il tétait très très souvent, il ne dormait pas plus de deux heures du coup ... Et le soir la dernière tétée était entre 21h et 22h. La nuit, comme je vais l'expliquer, il se réveillait très régulièrement, il a tenu maximum 4h d'affilée sans manger mais c'était rare .. 
Donc nous avions un rythme très soutenu comme vous pouvez le constater ! 


allaitement exclusif maternage experience césarienne sevrage normalizebreastfeeding quotidien quantité reflexe d'éjection fort leache league vêtement d'allaitement allaiter partout

allaitement exclusif maternage experience césarienne sevrage normalizebreastfeeding quotidien quantité reflexe d'éjection fort leache league vêtement d'allaitement allaiter partout


La nuit 

La nuit, c'est devenu une autre affaire ... Au début ça allait, il mangeait à la demande mais dormait quand même quelques heures d'affilée la nuit. Et puis il a commencé à réclamer toutes les 2 heures jour ET nuit. Et se lever devenait de plus en plus compliqué ... Je vous ai rédigé un article complet sur mes nuits de jeune maman ici si ça vous intéresse. 
Nous avions décidé de ne pas faire de cododo dans notre lit, c'était une décision commune. Antoine était dans son berceau juste à côté de moi. Je le prenais, je m'asseyais dans mon lit, il mangeait et je le reposais dans son berceau. Qui dit pas cododo, dit que je me maintenais éveillée le temps de la tétée. Et dans l'article, je vous raconte justement que ce n'était vraiment pas évident et que j'ai déliré à de nombreuses reprises... 
Certains matins, il nous ait arrivé de le prendre et faire la tétée de 6h allongés. Nous nous rendormions tous ensemble quelques heures. 

C'est en partie "à cause" des nuits que finalement j'ai pris la décision de diminuer mon allaitement parce que je n'arrivais vraiment plus à suivre le rythme ... Je dormais bien trop peu, j'étais donc exténuée la journée et je n'aurai jamais tenu cette cadence avec la reprise du travail. 


allaitement exclusif maternage experience césarienne sevrage normalizebreastfeeding quotidien quantité reflexe d'éjection fort leache league vêtement d'allaitement allaiter partout

Tirer son lait 

Tirer son lait ne vient pas à l'esprit de tout le monde, y compris au mien haha. J'ai mis près de 2 mois et demi avant d'essayer. J'avais loué un tire-lait à la pharmacie avec l'ordonnance de la maternité, je crois qu'il y a un nombre de semaines précis pris en charge par la sécu, il fallait juste laisser un chèque de caution. J'avais un tire-lait Kittet dans une énorme valise et qui faisait un boucan d'enfer. J'ai beaucoup hésité avant de le faire, j'avais peur d'avoir mal, de mal faire, je ne savais pas du tout comment m'y prendre, ce n'était absolument pas naturel pour moi. J'ai regardé des vidéos Youtube et je me suis lancée. Il a fallu déterminer la taille de téterelles et c'était parti ! 

Le premier biberon c'est le papa qui l'a donné, nous nous étions mis d'accord pour cela. Je ne suis même pas restée dans la pièce. J'avais peur qu'il me sente et surtout ... je pense que ça me faisait un pincement au cœur de "déléguer" cette chose que j'ai fait pendant 2 mois et demi exclusivement. Même si j'étais très très contente que le papa ait ce rôle et fasse cette expérience. Clairement il n'a pas bu grand chose ... et finissait systématiquement au sein !
Il a fallu aussi qu'on trouve la tétine qui lui convienne : on a mis une semaine avec 5 ou 6 tétines au banc d'essai. Ce sont les MAM qui l'ont remporté, les tétines 0. 

Ensuite, j'ai eu un tire-lait Medela swing maxi flex, hyper bien !!!! J'ai adoré l'utiliser ! Je l'utilisais en simple pompage mais il est possible de tirer en double. Le boîtier est tout petit, ça stimule 2 minutes et ça passe automatiquement en expression après. Vraiment j'ai beaucoup aimé. 
Et, si vous me suivez sur Instagram, vous avez du voir que j'ai participé à une campagne avec MAM pour leur nouveau tire-lait mam 2 en 1 que j'ai eu la chance d'essayer. Sa particularité était de pouvoir passer de l'électrique au manuel en un coup de main, mais personnellement je ne tirais jamais manuellement. Son gros point positif est qu'il est sur batterie ! Ça, j'ai adoré ! C'est d'ailleurs lui que j'ai emmené au travail pour pouvoir tirer mon lait sur place. Et le lait allait directement dans le biberon qui était vissé sur le tire-lait. 

Je tirais mon lait le matin à la place d'une tétée, soit il buvait aussitôt après, soit le lendemain. Nous avons procédé ainsi pendant plus d'un mois. Pour info, il buvait donc soit à température de mon corps quand je venais de le faire, soit on passait le biberon qui avait passé la nuit dans le frigo sous un filet d'eau chaude. On a acheté un tout petit chauffe-biberon en brocante à 1€, il nous a servi quelques fois quand même. Mais ... l'été est arrivé vite et on sortait le biberon du frais quelques minutes et il le buvait frais. 

Puis, vers 4 mois, on a tenté de lui donner un biberon de mon lait le soir (dans l'espoir qu'il dorme plus longtemps). Mais un problème s'est posé : la quantité ! Au début, je tirais très peu : entre 50ml et 70ml, c'est d'ailleurs pour ça qu'il finissait au sein ... Et puis les quantités ont augmenté, je tirais 100ml, 120ml. Jamais plus ... Donc pour nous, la solution du biberon de mon lait n'était pas très judicieuse ... 

Bref, j'étais encore plus épuisée en fait ... Je m'épuisais à tirer mon lait et au final, à part déléguer un peu ... ce n'était pas intéressant. 


allaitement exclusif maternage experience césarienne sevrage normalizebreastfeeding quotidien quantité reflexe d'éjection fort leache league vêtement d'allaitement allaiter partout tire lait mam

Les problèmes 

J'ai eu quelques problèmes qui m'ont bien embêtée ... Notamment le REF Réflexe d'Ejection Fort, clairement : il prenait une douche !! C'était principalement localisé sur un sein et ça faisait un jet impressionnant ! Au début, il s'étouffait beaucoup, il toussait toussait, ça me fendait le cœur parce que je me sentais coupable. Ca a vraiment été source d'angoisse quand il s'étouffait ... Je l'entendais déglutir hyper vite, il n'arrivait à suivre le débit ... Je le redressais tout de suite, mais mon sein coulait, coulait ... Parfois je pressais dans un lange pour désengorger tout ça. J'ai essayé de le changer de position aussi : je me mettais davantage avachie et lui debout à plat ventre sur moi, les jambes à califourchon sur ma cuisse ; ça allait déjà un peu mieux. Et on faisait des pauses. Et puis au fil des semaines et des mois, il a su gérer ça. Et avec le temps ça s'est atténué. 

Autre problème, ce sont les douleurs .. Comme j'avais un bébé qui tétait toutes les deux heures, en début d'allaitement, vous n'imaginez pas la sensibilité et la douleur aux tétons. J'ai donc acheté dès mon deuxième jour à la maternité une crème dont tout le monde m'avait parlé : la lanoline ! Une crème ultra grasse à appliquer localement et ça m'a vraiment soulagé. J'en mettais après chaque tétée au début et puis ensuite j'en mettais que 2 fois par jour, et ensuite une seule fois. Elle est entièrement compatible avec l'allaitement et n'est pas du tout nocive pour bébé. Une chose à savoir : ça tâche les vêtements par contre ... Donc armez-vous de coussinets d'allaitement ! 
J'ai dû acheter 5 ou 6 tubes de lanoline Lansinoh sur Amazon. Et j'avais acheté des coussinets d'allaitement Philips Avent en gros paquet, ils sont emballés individuellement et jetables, dommage pour la planète ... Donc j'ai vu ensuite que Les Tendances d'Emma faisait des coussinets lavables, vendus par 4 (soit 2 paires), bien mieux ;-)  

En ce qui concerne la confusion sein/tétine, beaucoup m'avaient avertie et j'en étais tout à fait consciente mais je n'ai pas eu de problème :-) 

Et surtout au moindre problème, au moindre questionnement, au moindre doute, je faisais un tour sur le site de la Leache League, une vraie mine d'or pour les mamans allaitantes. Il y a énormément de sujets traités avec des références et vous trouverez pas mal d'informations ! Bien-sûr, rien ne vaut la consultation chez un médecin, un gynécologue, un sage-femme ou autre mais parfois ça peut rassurer ;-) Il y a aussi des personnes de cette association que vous pouvez contacter par téléphone ou même rencontrer. Je n'y ai jamais eu recours mais je sais que c'est possible ! 


Le sevrage 

Et pour terminer cet article, parlons du sevrage ... Lorsque j'ai décidé de vous parler de mon allaitement sur le blog, il n'était pas encore question d'arrêter mais plus les jours passent et plus la fin approche ... 
Pour être franche avec vous, on a voulu tenter un biberon de lait en poudre à ses 3 mois parce que j'étais vraiment à bout, tellement épuisée ... Et le biberon n'est pas passé : il a fait une réaction (vomissements en jets et eczéma) qui nous a amené aux urgences. La prise de sang a révélé une allergie aux protéines de lait de vache. Ça nous a un peu mis KO cette nouvelle ... J'ai donc continué mon allaitement en évinçant moi-même les protéines de lait de vache (parce que minimes, elles peuvent passer dans le lait maternel).
A ses 4 mois, on a donc retenté l'expérience du lait en poudre mais cette fois-ci avec un lait prescrit par le médecin sans PLV, c'est Neocate pour ceux qui demandent. Nous avons démarré une semaine avec un seul biberon par jour. Puis deux biberons pendant quelques jours, puis 3, etc vous avez compris. Ca va beaucoup mieux ! Il dort davantage la nuit et ça change la vie ! Pour les quantités c'était difficile de déterminer parce qu'on ne sait pas combien il boit au sein. Donc on a démarré avec de petites quantités qu'on a augmenté au fur et à mesure. A maintenant 5 mois, il boit 5 à 6 biberons par 24h (dont 1 ou 2 la nuit) et on est sur des quantités de 150-180 ml pour vous donner un ordre d'idées. 

Et en ce qui concerne l'allaitement, j'ai continué de lui proposer le sein avant une sieste par exemple, ou parfois après le biberon du soir quand on ne savait pas quelle quantité mettre ! Il a pas mal tété aussi pendant ses poussées dentaires, quand ses deux dents du bas sont sorties, il était tellement mal qu'il se réconfortait au sein. Et paradoxalement, quand sa 3ème dent est sortie, il ne voulait plus forcément téter. Il tétouillait un peu pour me faire plaisir je pense mais pas longtemps ... et tant mieux parce que je sentais ses petites dents me cisailler haha. 

Mais qui dit sevrage, dit douleurs pour moi (encore une fois). Mes seins étaient gorgés de lait et j'ai beaucoup souffert pendant quelques jours. Je le faisais téter pour me soulager parce que je ne voulais pas passer par le tire-lait. Je me réveillais trempée le matin parce que ça avait coulé ... Et une nuit j'ai tellement eu mal que je ne pouvais même plus bouger le bras ... Et puis, comme tout, ça s'est estompé au fil des jours. Pendant quelques jours, il tétait une fois par 24h pour le plaisir et maintenant c'est terminé :-( 


allaitement exclusif maternage experience césarienne sevrage normalizebreastfeeding quotidien quantité reflexe d'éjection fort leache league vêtement d'allaitement allaiter partout madeleine et marie


Bien-sûr je ne prône rien du tout, je suis tout à fait consciente que certaines femmes ne souhaitent pas allaiter ou bien qu'elles ne peuvent pas ou n'y arrivent pas. Je suis contente d'avoir essayé et d'avoir aimé. Bref, l'allaitement est une merveilleuse aventure que je ne regrette absolument pas, je suis très très fière de l'avoir allaité exclusivement pendant 4 mois. Si c'est à recommencer avec bébé 2 je le referais ! Ce moment si privilégié entre nous deux, cette connexion que personne d'autre peut avoir avec lui (oui c'est un peu égoïste je le conçois), cet amour qu'on lit dans ses yeux. 

J'espère que cet article vous a aidé et/ou rassuré. Ça m'a fait un bien fou de vous l'écrire. N'hésitez pas à laisser une trace de votre passage en commentaire :-) A très vite ! 

6 commentaires :

  1. Coucou Mélodie,
    Ton témoignage est très touchant. J'allaite mon bébé depuis un an 1/2 et je me reconnais dans certaines de tes difficultés. Notamment pendant la nuit. C'est toujours très difficile et le manque de sommeil est très compliqué à gérer. Mais, pour l'instant je tiens bon et je ne me sens pas prête à arrêter. En tous cas, bravo pour ce beau parcours lacté !
    C'est définitif pour Antoine l'intolérance au lait de vache ou ça devrait aller mieux en grandissant ?
    Très bonne soirée à tous les 3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. OH merci pour ton témoignage également ! Je t'admire de le faire encore .. Je n'aurai pas pu tenir la cadence avec la reprise du boulot !
      Antoine va bien mais est toujours sous lait sans plv, on refait bientôt des examens. Ca ne devrait pas être définitif normalement !

      Supprimer
  2. Merci pour cet article très réconfortant pour moi. Mon petit cœur a 4 semaines et cela n’est pas toujours facile avec l’allaitement. On me demande souvent si je pense qu’il a encore faim ou s’il a assez mangé des qu’il pleure et cela est très frustrant pour moi car je ne sais que répondre car je n’en sais rien. Même si cela est un réel bonheur d’allaiter son enfant, on parle peu de certaines difficultés comme les pics de croissance où il peut rester des heures au sein sans ne jamais être rassasié... Ton blog est vraiment très bien. ☺️ Pleins de bonnes choses à toute ta petite famille ☺️

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton témoignage, oui parfois c'est compliqué parce qu'on ne sait pas nous-même. Comment ça va maintenant ? :-)

      Supprimer
  3. Je suis enceinte de 5 mois et j’aimerais vraiment réussir à allaiter ma petite fée qui sera là au mois de décembre. Dans un sens je me dis que je ne m’acharnerai pas de sorte à ce que mon compagnon puisse également profiter de ces moments mai de l’autre côté, je me dis que persévérer en vaut la peine (surtout que mon compagnon me laisse le choix) ��
    Merci pour ce beau témoignage ����

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hello ! Je comprends, faut vraiment faire comme tu le sens toi ! C'est un peu égoïste mais allaiter demande beaucoup d'énergie, de temps et d'amour. Je pense que le papa se fera une place aussi !

      Supprimer

Pour poster un commentaire : (Bug en navigation privée)
1) Ecrivez votre texte dans l'encadré
2) Identifiez-vous
3) Cochez "M'informer" pour recevoir ma réponse et cliquez sur "Publier".;